Personne âgée, quelques points à connaitre sur la perte d’autonomie et GIR

Personne âgée, quelques points à connaitre sur la perte d’autonomie et GIR

Quand la force décline, les personnes âgées ont besoin d’assistance pour faire le ménage ou faire les courses. Si la perte d’autonomie est grave, il peut être plus indiqué d’inscrire la personne âgée dans une maison de retraite. L’assistance offerte dans ce type d’établissement dépend du degré de dépendance de la personne.

La mesure de la dépendance

Les professionnels de la gérontologie ont mis en place la grille AGGIR ou Autonomie Gerontologie Groupes iso Ressources pour mesurer le niveau de dépendance d’une personne âgée. Ainsi, les GIR ou Groupes iso Ressources permettent de classer les individus selon leurs défaillances. Une enquête sur les aptitudes de la personne âgée est faite par des spécialistes médico-sociaux pour évaluer son niveau de dépendance. Pour faire simple et rapide, sachez que vous pouvez calculer votre GIR ici. Plusieurs points servent de ce fait à déterminer si un individu âgé dispose ou non d’une certaine autonomie. Parmi ces points, il y a la capacité à se déplacer, de s’alimenter ou de faire sa toilette et ses besoins sans l’aide d’autrui. Pour ce faire, la notation dans le GIR va du niveau 6 vers le niveau 1. Les moins dépendants sont ceux du GIR 6. Ils sont autonomes dans leurs déplacements et disposent d’une faculté mentale encore intacte. Le GIR 5 comprend ceux qui peuvent se déplacer sans aide, mais qui ont besoin d’appui pour les activités ménagères. Ces derniers peuvent ainsi rester à domicile et faire appel à une aide à domicile pour les tâches ménagères.

Le niveau de dépendance importante

Le GIR 4 correspond à la catégorie des personnes âgées qui ont des difficultés à se relever, mais qui sont encore capables de se mouvoir une fois redressée. Ces personnes ont besoin d’aide pour s’habiller et faire leur toilette, mais peuvent s’alimenter sans accompagnement physique. Ce groupe peut aussi correspondre aux personnes autonomes dans leurs déplacements, mais qui ont des difficultés à se nourrir. Dans le GIR 3, on peut regrouper les personnes ayant encore leurs facultés mentales, mais qui ont besoin d’une aide fréquente pour toutes sortes d’activités corporelles. Ensuite, le GIR 2 correspond aux personnes n’ayant plus la faculté de se déplacer, mais qui disposent encore d’une bonne faculté mentale. Les personnes ayant une déficience mentale, mais capable de se déplacer sont aussi comprises dans ce groupe. Les personnes incapables de se mouvoir avec une faculté mentale altérée appartiennent au GIR 1. Elles nécessitent un soutien total et permanent.
À noter que si la personne âgée décide de rester chez elle, ses proches peuvent engager une aide à domicile ou une auxiliaire de vie pour s’occuper d’elle. Si la dépendance est avancée, il faut envisager la maison de retraite.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Quel brancard pour son ambulance ?

La stabilisation d’un patient est primordiale en matière